×
Loading in progress
  • Director Sam Raimi
  • Runtime 1 hour 39 minutes
  • Genres Horror, Thriller
  • Language English

Drag Me to Hell

1K members

Christine Brown has a good job, a great boyfriend, and a bright future. But in three days, she's going to hell.

After denying a woman the extension she needs to keep her home, loan officer Christine Brown sees her once-promising life take a startling turn for the worse. Christine is convinced she's been cursed by a Gypsy, but her boyfriend is skeptical. Her only hope seems to lie in a psychic who claims he can help her lift the curse and keep her soul from being dragged straight to hell.

Options
Watch trailer

Comments (5)

Y'a un peu de fétichisme du menton la dedans... Le film est ultra prévisible et blindé de clichés (genre la blonde qui, au lieu de se barrer prend le temps d'insulter la vieille qui, BIEN SUR en profite pour se relever). Mais malgré tout, on a bien rigolé

Cr4sh

Ce film de Sam Raimi fait beaucoup penser à son Evil Dead et c'est tant mieux! La scène du parking et celle de la séance de spiritisme sont excellentes. Les acteurs principaux sont très bon et la musique de Christopher Young est exceptionnelle je trouve. Ça fait rire, ça fait peur, jusqu'à une fin un petit peu prévisible mais à la mise en scène énormissime!

Thibzz180

Du bon décalage entre les scènes d'horreur la plupart du temps assez drôle. Carrément pas d'accord avec les deux autres avis. C'est aussi ça la patte de cet excellent réalisateur.

fredolagachette

Nul ! C'est tout simplement un navet du début à la fin il ressemble plus à une parodie de film "d'horreur" qu'autre chose ! Je déconseille, il n'y a aucun intérêt !

Tiia0212

Décevant et sans imagination. De gros effets spéciaux et des scènes supposées gores pour essayer de compenser le manque flagrant de scénario ou de talent dans le cinéma d'horreur. Oh c'est clair vous aurez des frayeurs avec ce film, mais seulement parce qu'on vous jette des images de tête enflammées avec un grand bruitage sans crier gare: Ça tout le monde peut le faire. À oublier.

Persephy