×
Loading in progress
  • Director Brian Hooks
  • Runtime 1 hour 38 minutes
  • Genres Horror, Thriller
  • Language English

Dead Tone

33 members

Play The Game. Obey The Rules. Pray For Mercy

As another semester draws to a close at the University of Dreyskill, a simple game dreamt to help students avoid studying becomes a bloody battle for survival.

Watch trailer

Comments

Il faut être indulgent - surtout quand on a vu un navet juste avant. Ici, nous avons des jeunes adolescents (comme dans beaucoup de films du genre), caricaturés à outrance de la blonde sans cervelle au gros rigolo en passant par l'homo folledingue (à part Vincent Mc Doom, qui a vu un homo aussi effeminé dans la vie ?) qui vont faire une fête dans une maison où un tueur arrive pour tuer tout le monde. Déjà vu ? Oui, mille fois. On accède à ce gigantesque cliché où tout le monde se sépare pour que ce soit plus facile au tueur de dézinguer tout le monde grâce à deux scènes d'ouverture : une datant de dix ans auparavant, assez dynamique pour être pas mal réussi et une autre avec un jeune adulte se faisant massacrer en regardant un porno qui pourrait être efficace si on ne pensait pas tout le long à Scream (comme quasi tout le reste du film). Ces deux scènes pourraient être bien si elles avaient un intérêt quelconque dans la suite (qui a en effet massacré les gens dans la première scène et pourquoi tuer les survivants à part un en particulier, mystère...). Cependant, au-delà des clichés et de la fatuité des discussions diverses, ça se suit. C'est un peu comme regarder les Experts : on sait qu'on a déjà tout vu mais on regarde quand même parce que ça tient la route avec assez d'efficacité. Donc, rien de neuf ou d'original (les scènes les plus originales (l'arrêt dans la station service ou la discussion avec les deux flics étranges) sont totalement gratuites et sans aucune conséquence sur l'histoire) mais ça a le mérite de n'être pas trop mauvais avec un petit final qui tente de surprendre et après lequel on se dit, ah ! Ouais, ok, d'accord... Et on passe à autre chose.

Cellophane