×
Carregamento em progresso
  • Realizador Abderrahmane Sissako
  • Duração 1 hora 37 minutos
  • Género Drama e ficção
  • Idioma Francês

Timbuktu

583 membros

Uma canção para a liberdade

Não muito longe de Timbuktu, agora governada por fundamentalistas religiosos, Kidane vive no deserto com a mulher Satima, a filha Toya e Issan, o pastor de doze anos. Na cidade, as pessoas sofrem com o regime de terror imposto pelos fundamentalistas. A música, o riso, os cigarros e o futebol foram banidos. As mulheres tornam-se sombras mas resistem com dignidade. Todos os dias, os tribunais improvisados decretam leis e sentenças absurdas e trágicas. Kidane e a família têm sido poupados ao caos que reina em Timbuktu. Mas o seu destino muda quando Kidane mata acidentalmente Amadou, o pescador que matou GPS, a vaca preferida da sua manada. Kidane terá então de enfrentar as leis dos ocupantes fundamentalistas.

Ver o trailer

Comentários (3)

J'avais hésité à voir ce film a l'époque. On étais 4 dans la salle , j'ai pris une claque. J'ai pleuré , j'ai été émue, j'ai hurlé intérieurement. Mais une chose est sûre c'est qu'il est d'une utilité non négligeable. Un film dur mais nécessaire. Ne pas regarder un jour de rage contre le monde dans lequel on vit.

Pinawa

Mon avis sera paradoxal : ce film est très bon et je n’ai pas aimé du tout. Oui, c’est très bien fait, bien joué, on est immergé dans cette ambiance, cette ville aux mains des djihadistes. Maintenant, moi, j’aime bien m’évader avec un film (en comédie ou en drame, peu importe). Et ce film est, à mon goût, un documentaire (vaguement fictionné puisque basé sur des histoires réelles). Et les documentaires, je n’aime pas trop ça. Celui-ci ne m’apprend que des choses que je sais, me rappelle que je suis impuissant (parce que signer une pétition, c’est bien beau, mais ça ne sert pas…) et ne fait ressortir que l’animosité qui est en moi (on a juste envie d’aller tuer ces mecs…). Du coup, je n’ai pris aucun plaisir à voir ce film. Alors si c’était le but recherché (mettre devant des ignominies révoltantes face auxquelles on est impuissants), le pari est réussi. Mais il ne m’a pas plu.

Cellophane