×
Chargement en cours
Lovecraft Country (OCS) : l’horreur du racisme a bien des visages
On recommande

Lovecraft Country (OCS) : l’horreur du racisme a bien des visages

Publié le 22 août 2020
par Hugo Clery

12 Commentaires

La série produite par J.J. Abrams et Jordan Peele mêle fantastique et drame racial.

Le pitch

Dans l’Amérique raciste des années 1950, Atticus Black, un jeune homme de 25 ans, embarque avec son amie Letitia et son oncle George dans un road trip à la recherche de son père disparu. Sur la route, ils rencontrent des monstres fantastiques, ainsi que des monstres bien réels…

  • Format : 10×58’
  • Durée totale de visionnage : 10 heures
  • Genre : Fantastique / Horreur

Si vous avez aimé : American Horror Story, The Haunting of Hill House, The Terror

La critique

La nouvelle série HBO évènement est un drôle d’objet télévisuel. Lovecraft Country est une adaptation du roman du même nom de Matt Ruff, co-produite par Jordan Peele et J.J. Abrams et développée par Misha Green, scénariste montante qui a fait ses premières armes sur les séries Heroes, Sons of Anarchy ou encore Helix. Une équipe de choc pour une histoire à la croisée entre le fantastique, l’horreur et le drame sociétal sur fond de ségrégation raciale. À la vue des 5 premiers épisodes montrés à la presse, on comprend désormais ce casting de choix tant la proposition de Lovecraft Country est originale.

L’histoire commence alors que Atticus Freeman (Jonathan Majors) se lance dans un road trip sur les traces de son père disparu. Accompagné de Leti (Jurnee Smollett, vue récemment dans Birds of Prey) et de son oncle George (Courtney B. Vance), son voyage lui fera rencontrer des dangers bien connus et d’autres beaucoup plus étonnants. Tout le concept de la série sera de mêler la menace du racisme latent de l’époque avec celle des monstres de l’univers de Lovecraft. On comprend l’implication de Jordan Peele qui depuis Get Out, s’efforce de mêler les histoires de genre avec des thématiques actuelles.

Si l’équilibre est ici bien trouvé dans des épisodes denses avoisinant l’heure, Lovecraft Country a fait le choix d’une sérialisation poussée, proposant à chaque épisode une revisite d’un genre bien connu. De la maison hantée en passant par le film d’aventure ou encore le pur fantastique, elle traverse différents univers : les monstres, qu’ils soient humains ou surnaturels, sont tous une manière de proposer un point de vue différent sur une Amérique gangrénée par le racisme. Le concept est efficace, car il fait en plus appel à un folklore fantastique et horrifique bien ancré dans la culture populaire.

Dans son intention louable et pertinente dans son époque, la série oublie cependant d’être subtile, s’efforçant à chaque épisode de faire passer un message fort. On a ainsi du mal à saisir la vraie nature des personnages qui traversent à une vitesse folle des épreuves plus fantastiques les unes que les autres. On gage que la deuxième moitié de saison sera plus convaincante à cet égard, car cela n’entache à rien la puissance allégorique de Lovecraft Country. La série, dans son pari fou, arrive confronter les univers et les tons comme a pu le faire Watchmen l’année dernière.

Commentaires

Maniax  Super, donc en gros ils ont pris l'univers de Lovecraft pour faire passer des messages militants. Fabuleux ...
0 ∙  ∙ Le 18 août 2020
K.i.A  @Maniax ou alors de continuer à faire vivre l'univers de Lovecraft 🤷‍♂️. Dans ce genre d'histoire, y'a toujours des messages. Donc pas étonnant...
0 ∙  ∙ Le 22 août 2020
Maniax  @K.i.A Oui en effet, mais c'est un peu plus profond que "les vrais monstre sont les blancs racistes". Y a suffisamment à faire avec cette univers sans partir dans ce genre de considération.
0 ∙  ∙ Le 23 août 2020
Nosf  @Maniax Pourtant jusqu'à la fin de l'épisode 2 c'est exactement le partit pris , "les blanc sont le diable". Si on avait fait l'inverse , des blanc lutant contre des noirs maléfique , toutes les associations du monde entier seraient monté au créneau. Mais en ce qui concerne le racisme anti-blanc tout le monde s'en fou au contraire c'est actuel et rentable.
0 ∙  ∙ Le 24 août 2020
Maniax  @Nosf C'est bien ce que je pensais. Nuancé les écrits de Lovecraft ou les noirs sont systématiquement des sauvages étaient la chose à faire, pas inverser les rôles.
0 ∙  ∙ Le 24 août 2020
Nosf  @Maniax Oui a la limite ils auraient pu faire un miroir , inverser les rôles en coupant les passages polémiques , histoire de rester commercial sans faire du racisme dans l'autre sens , mais là ils ont pris aucune pincettes. C'est dommage , mais les Américains sont comme ça toujours dans l'excès..
0 ∙  ∙ Le 24 août 2020
althea_  Jusqu’à nouvel ordre les flics noirs américains ne tuent pas des citoyens blancs désarmés en leur tirant dans le dos.
0 ∙  ∙ Le 25 août 2020
Nosf  @althea_ La grande majorité des noirs tués en Amérique sont tués par d'autres noirs. C'est un fait , les gangs etc.. Il y a des bavures et une ségrégation historique dans ce pays , c'est aussi vrai. Maintenant suivre sans esprit critique les politiques véreux qui par clientélisme victimisent les uns en diabolisant les autres , aidés par les journalistes et Hollywood qui eux viennent faire de l'argent , n'aide personne. Ce n'est pas une avancée ou un progrès de faire du racisme supplémentaire , ici on ajoute de la violence à la violence.. Malheureusement des "Marin à Lyon" vous allez en voir de plus en plus , si on cède à la "vague" Américaine..
0 ∙  ∙ Le 26 août 2020
Nosf  @althea_ Tu peux être engagé c'est pas un problème , comme la série "All American" elle vaut ce qu'elle vaut , certains aimeront pas mais elle est engagé sans être raciste.
0 ∙  ∙ Le 26 août 2020
Kiddo888  👍
0 ∙  ∙ Le 30 oct. 2020