×
Ładowanie w toku
  • Dyrektor Arnaud Viard
  • Runtime 1 godzina 29 minut
  • Gatunki Dramat, Romans
  • Język Francuski

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part

1K członkowie

In the beautiful family home, at the end of the summer, Monique celebrates her 70th birthday, surrounded by her 4 children, all of whom have come for the occasion. There is Jean-Pierre, the elder, who took on the role of head of the family after the death of his father; Juliette, pregnant with her first child at 40 and who still dreams of becoming a writer; Margaux, the family’s radical artist, and Mathieu, 30, anxious to seduce pretty Sarah. Later, one day, one of them will make a life-changing decision ...

Obejrzyj zwiastun

Uwagi (3)

J'ai bien aimé la première partie où l'on voit Jean-Pierre se détacher finalement de cette famille et de cette ex qui l'ont tellement phagocyté qu'il n'est plus qu'au service de celle-ci et de son entreprise, en s'oubliant complètement, et surtout en étant totalement oublié. Après le drame, j'ai eu du mal à suivre, on reste dans le superficiel avec ces personnages et la situation de la soeur qui ne peut se lever est limite ridicule.

tcaparros

Alors oui, les comédiens sont bons. Très bons. Ils incarnent parfaitement leur personnage. Ils parviennent à être touchants dans leurs soucis personnels et à nous faire pleinement partager leurs sentiments. Après, deux ou trois trucs m’ont gêné. Je ne me suis finalement pas tant attaché aux personnages, comme si on me présentait une galerie mais sans m’y faire entrer… Il faut dire que suivre la vie de quatre personnes (et éventuellement de leur conjoint ou amis), ça ne permet pas de creuser beaucoup chacun. Leurs histoires paraissent super anecdotiques : même si on apprend à les connaître ou si on les suit, ce sont des bribes ici et là, des instants de vie qui, recollés, donnent un sens à l’histoire du personnage. Mais ces flashs (rencontre d’un vendeur en réunion, petite réunion, descente à l’hôtel, ça ne nous implique pas pleinement dans la vie de Jean-Pierre, on la survole juste…). Donc tous ces survols m’ont permis d’entrevoir la vie de chacun sans y entrer. Et puis, une interview a expliqué que le réalisateur a pioché parmi toutes les nouvelles du livre pour en faire un film. Ceci explique sûrement le sentiment que j’ai eu, ce côté disparate, qui passe parfois du coq à l’âne, qui manque de liant… Bien interprété mais j’ai eu du mal à me laisser emporter.

Cellophane

Un beau casting et malgré tout, la première partie du film ne démarre pas. On a envie de se plonger dans cette histoire de famille où chacun s'y retrouve mais l'alchimie ne prends pas dans cette première partie. Une deuxième partie, après un événement, est d'une meilleure inspiration.

Tboot2005