• Director Robert Mulligan
  • Runtime 2 hours 9 minutes
  • Genres Crime, Drama
  • Language English

To Kill a Mockingbird

264 members

The rare film story of a father who must expose his children to a small town's outraged passions… and can only protect them with his love.

Scout Finch, 6, and her older brother Jem live in sleepy Maycomb, Alabama, spending much of their time with their friend Dill and spying on their reclusive and mysterious neighbor, Boo Radley. When Atticus, their widowed father and a respected lawyer, defends a black man named Tom Robinson against fabricated rape charges, the trial and tangent events expose the children to evils of racism and stereotyping.

Options
Watch trailer

Comments (2)

Magnifique film. Après avoir vu le documentaire « conversation with Gregory Peck », il fallait que je vois ce film qui avait l’air d’avoir marqué tant de gens et qui tenait une grande place dans la carrière de ce grand acteur. La version haute definition donne au film un piqué incroyable, on a même parfois l’impression de voir des reflets de couleur dans ce beau noir et blanc. En plus d’avoir une bonne histoire bien écrite, ce film est aussi très bien réalisé, et nous donne quelques plans d’anthologie (cf Atticus quittant la salle d’audience devant le public noir.). A noter que c’est Elmer Bernstein qui compose une musique sobre mais efficace, mettant en valeur le film. Mais le plus important c’est cette histoire racontée par la petite Scout qui nous décrit un passage de son enfance, le procès d’un homme de couleur pendant la segregation dans l’Amérique de la grande dépression mais aussi sa première rentrée et sa rencontre avec Boo (Robert Duvall dans son premier role). Le film met en contraste la vision candide du monde par les enfants, qui s’inventent des histoires pour se faire peur, qui ne comprennent pas forcément tout ce qui se passe devant leur yeux et la dure réalité de ce qu’est la vie (cf la très belle scène sur le devant de la prison quand les enfants vont retrouver leur père), On voit l’histoire des yeux des enfants, on suit leur aventures et leur curiosité sur le travail de leur père. On s’attache à cette famille, à ce père veuf qui élève seul ses enfants et essaye de leur donner une bonne éducation, de leur apprendre l’égalité et le respect, l’honnêteté et la tolérance.

soulm1986

Ce noir et blanc teinté d'une pointe très légère de sépia m'a tapé dans l'oeil! Une scène de procès très intense dans un film porté par un grand Gregory Peck (et ses lunettes qui lui vont à ravir) face à un sud américain empreint de préjugés.

Oberyn