• Director Céline Sciamma
  • Runtime 1 hour 59 minutes
  • Genres Drama, Romance, History
  • Language French

Portrait de la jeune fille en feu

Portrait of a Lady on Fire
378 members

On an isolated island in Brittany at the end of the 18th century, an artist is commissioned to paint a young woman's wedding portrait.

Options
Watch trailer

Comments (2)

Phénoménal. Le texte est exquis, la photographie est sublime, le jeu des actrices est intense et déborde de passion. C’est si beau. Le final sur l’été de Vivaldi est magistral. Le cinéma français est toujours vivant !

YOUTHLY

« Portrait de la jeune fille en feu » - Céline Sciamma : Un Sciamma avec Adèle Haenel, oui forcément, j’ai couru. On passera rapidement sur les actrices qui n’ont plus besoin de faire leurs preuves selon moi, Haenel nous ayant déjà montré une grosse palette de bons rôles, Noémie Merlant ayant déjà fait ses preuves dans « Le Ciel attendra ». (Petit écart cependant sur Luàna Bajrami qui commence à faire son petit bonhomme de chemin, sachant incarner froidement mais avec humanité un rôle discret mais important). Leur jeu se veut théâtrale, de par l’époque où se situe l’action, et elles savent très bien le faire, l’alchimie est là, on y croit. Passons donc au vif du sujet, le scénario (Prix du Scénario à Cannes, enfin Sciamma consacrée) : la première heure du film semble traîner en longueur, troublantes lenteurs de plans et d’action qui accentuent la découverte des deux personnages (notre découverte d’elles, et leurs découvertes entre elles). Le temps long est camouflé par une image et des cadrages à couper le souffle, très précis, qu’on peut sentir millimétrés. Sciamma est une grande scénariste et on ne peut à présent plus douter de ses talents de réalisation. Si la première heure paraît lente, la deuxième passe en un éclair. La passion se concrétise, les destins sont bouleversés, les symboles sont posés et explicités. Sciamma réécrit le mythe d’Orphée et Eurydice d’une façon moderne et décalée, se risquant à cet exercice déjà pratiqué par Demy et Cocteau dont on sent d’ailleurs l’influence dans certains dialogues et certains plans (la vision d’Héloïse en robe blanche éclatante au fond d’un couloir noir nous rappelle La Belle dans « La Belle et la Bête »). L’histoire s’égare peut-être un peu avec le sujet de l’avortement, qui aurait mérité un film entier, mais finalement cet événement rapproche les trois femmes de cette demeure, formant une petite famille dont on nous montre les moments d’intimités et de joie simple. Le plan final sur Adèle Haenel, qui résume à lui seul l’histoire d’amour entre ses deux femmes, donne des frissons et concrétise le film, effaçant toute trace de langueur qui aurait pu nous rester en arrière goût.

Cinevorous