• Network BBC Two
  • Genres Crime, Drama, Mini-Series, Mystery, Thriller
  • Runtime 60 minutes
  • Total runtime 4 hours
  • Status Ended

Collateral

2K members1 season4 episodes

Set over the course of four days, this four-part drama explores the spiraling repercussions surrounding the fatal shooting of a pizza delivery man. Refusing to accept this is a random act of senseless violence, tough and single-minded Detective Inspector Kip Glaspie is determined to discover if there is a darker truth. Politician David Mars becomes instantly embroiled in the drama through his turbulent relationship with his troubled and unpredictable ex Karen. While Jane Oliver, a compassionate vicar, struggles to conceal her affair with the only witness to the crime. Hare’s electrifying writing acts as a moving spotlight, asking crucial questions about the state of modern Britain.

Options
Watch trailer

Season

Episodes

Comments (11)

Superbe mini-série qui vaut le détour!!!!

triistan

J'ai beaucoup aimé cette petite série qui propose de mettre en lumière un communauté trop souvent oubliée par les séries. L'inspecteur était très attachante, là où les autres personnages étaient bien plus clivants. Le fait que plusieurs destins se mêlent était intéressant mais parfois un peu brouillon. Pour autant j'aurais aimé revoir l'inspecteur Kip Glaspie résoudre d'autres affaires alors que généralement je n'accroche pas à ce genre de série. À la lecture du commentaire en dessous on se rend compte que ce thème de l'immigration devrait être davantage développé, y a encore du boulot avant de dépasser la simple, mais si confortable, haine de l'autre...

Alelm

Scission religieuse indo-pakistanaise suivie par 4 guerres entre les 2 récents états. 7 conflits ethnico-religieux en ex-Yougoslavie entre 1989 et 2001 avec toutes les horreurs que l'on sait. Génocides inter-ethnique des Tutsi du Rwanda par les Hutus puis des Hutus par les Tutsi Burundais. Au Darfour, guerre civile entre musulmans arabisés et populations musulmanes, chrétiennes ou animistes non-arabisés. Guerre multiconfessionnelle du Liban entre 1978 et 1990, etc, etc. La liste est infinie des échecs des sociétés multiethniques, multiculturelles et/ou multiconfessionelles qui toutes, un jour ou l'autre finissent par éclater en guerres civiles sanglantes. Oui bien sûr, il y à aussi d'autres facteurs qui entrent en jeu. Il y a toujours d'autres facteurs qui entrent en jeu. Mais quelles sont les exemples de réussite d'un tel modèle ? La Suède, l'un des pays les plus tolérant et les plus paisible du monde ? Regardez-donc ce qui se passe en ce moment même à Malmö. Le Royaume-Unis qui s'est longtemps prévalu du multiethnisme de sa société avec ses vagues d'émeutes raciales tous les 10 ans, qui nous paie 350 millions d'euros par an pour garder les mignants de notre côté du Channel et dont le Brexit est essentiellement dû à la crainte des flux migratoires ? La France et son fabuleux modèle d'intégration, avec ses territoires perdus, dont les prisons sont remplies à 70% d'indigènes de la République, et qui après parfois 3 ou 4 générations nées sur le sol français produit des Mohammed Merah, des Salah & Mohammed Abdeslam, des frères Coulibaly et des centaines/milliers d'autres braves garçons et filles candidats au djihad ? Et c'est pourtant toujours ce modèle multiethnique, multiculturel et multiconfessionnel, ce modèle idyllique totalement contredit par les faits (de Telford à Molenbeek et de Malmö à Cologne ou Sarcelle) que promeut Collateral avec le beau discours du député travailliste ventant l'immigration et reprochant à ses concitoyens leur manque de solidarité et leur égoïsme crasse. Et puis cerise sur le gâteau, le méchant passeur, il fallait absolument que ce soit un anglais. Bien sûr. Et plus fort encore ! Jusqu'aux agents du Mi5 qui, au péril de leurs vie, ont infiltré le réseau du passeur pour détecter les éventuels terroristes, et bien ces héros, Collateral nous les présente comme des pourris. Je ne doute pas que ce type de message trouve un accueil très favorable auprès d'un certain public, mais j'ai la fierté de n'en faire pas partie. On dirait du Kosminsky dans le texte. Alors on m'excusera (ou pas) mais moi je me sens infiniment plus solidaire des femmes de Cologne en Allemagne, de Malmö en Suède ou de Telford en Angleterre qui vivent cloitrées chez elles dans la terreur des agressions. Et non ! désolé, je ne trouve pas qu'il soit beaucoup moins grave de violer une occidentale qui "de toute manière est une pute qui couche avec tout le monde" (sic) "plutôt qu'une musulmane qui serait rejetée par sa famille si ça lui arrivait" (re-sic). D'ailleurs, les musulmanes ne sont pas plus épargnées par les joyeusetés du Taharrush Gamea, ou jeu du viol, pratique 'traditionnelle' de ces merveilleuses sociétés sensées nous enrichir de leurs si précieux apports culturels. Sans doute comme les inestimables apports culturels des Vandales à l'Empire Romain d'Orient ou des Goths à celui d'Occident. Et je me sens aussi infiniment plus solidaire de mes concitoyens d'origine hébraïque qui n'ont jamais posé problème (qui eux au passage, de Jésus à Marx et de Freud à Einstein, nous ont véritablement apporté quelque-chose) et qui sont chassés aujourd'hui de France comme de Suède par des récents venus qui les détestent autant qu'ils nous détestent et dont la culture comme la religion sont infiniment plus racistes (envers les noirs, les juifs, les occidentaux...) et sectaires (envers les femmes, les homosexuels, les mécréants...) que nous ne l'avons jamais été depuis Les Lumières. Quand on pense que 3 ou 4 générations de palestiniens nés sur leur sol sont toujours considérés par leurs pays d'accueil au Proche-Orient comme des réfugiés, parqués dans des camps, n'ont aucun moyen d'être naturalisé, et disposent de droits inférieurs (pour l'éducation ou le travail) à ceux de leurs concitoyens, je ne vois vraiment pas pourquoi l'Europe devrait être plus solidaire de populations arabo-musulmanes qu'elles ne le sont elles-mêmes de leurs propres frères et coreligionnaires. Donc merci à la BBC (et aux autres) pour leurs leçons de bien-pensance et l'agit-prop en faveur de l'accueil des migrants dans nos sociétés dévastées par la pauvreté (en France, 8 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, le nombre de SDF a augmenté de 50% en 10 ans, de 86% à Paris. En Europe, 22% des jeunes sont au chômage, 26% en France etc. etc.) Et on s'étonne que les partis populistes gagnent du terrain ? Mais qu'est-ce qu'ils ont à Bruxelles ? Brexit en Angleterre, 5 étoiles et Ligue du Nord en Italie, groupe de Visgrad dans l'ancien bloc de l'Est, les LePen 1 fois sur 2 au second tour de nos présidentielles... ils sont vraiment bouchés ou ce sont les milliards de Soros qui les rendent sourds et aveugles à la Commission ? Alors 2 étoiles quand même pour Collateral parce qu'on aime bien Carey Mulligan et John Simm et surtout parce qu'on a été très touché par la belle prestation de Jeany Spark dans le rôle du Capitaine Sandrine Shaw. Toute en retenue et en finesse (comme Carey Mulligan d'ailleurs). Étonnante de force et de fragilité tout à la fois, c'est incroyable ce que cette actrice, que je ne connaissais pas, arrive à faire passer avec un simple battement de cil. En revanche zéro pointé pour le message purement idéologique et parfaitement caricatural. @niettingewikkeld souhaiterait voir un peu plus de scénarios sur nos "accueils chaleureux", question de stigmatiser un peu plus si c'est possible les affreux blancs chrétiens occidentaux tout en relayant les discours éminemment victimaires des ayatollah et des imams qui justifient par là toutes les abominations perpétrées par leurs ouailles. Quid des mariages forcés ? de l'excision pourtant interdite mais toujours largement pratiquée ici-même ou à l'occasion de super-chouettes vacances. A quand la série sur la plus importante des 3 traites négrières, celle pratiquée jusqu'à aujourd'hui par les musulmans ? Pour la moins importante des 3, le commerce triangulaire pratiqué par les occidentaux, on a eu Roots, et tout récemment encore Underground et Book of Negroes. Pour la seconde en importance, la traite pré-coloniale intra-africaine, rien. Et pour la plus importante de toutes, la traite musulmane pratiquée par les Arabes, les Turcs et les Perses ? Rien non plus bien sûr. De l'autre côté de la Méditerranée on préfère bien sûr diffuser abondamment les ouvrages sérieux et de référence comme Mein Kampf ou les thèses d'un Robert Faurisson. A l'évidence on préfère aussi les superproductions comme Un Cavalier sans Monture (Egypte 2002), Al-Shahat (aka Diaspora Syrie 2003) ou Les Yeux Bleus de Zara (Iran 2004) qui ont toutes en commun d'être des séries violemment antisémites et anti-occidentales, constante de tous les médias arabophones depuis des décennies et qui sont libres d'accès ici même via le câble ou le satellite (et on s'étonne ensuite que les élèves de nos quartiers refusent certains enseignements et/ou se fanatisent). A quand aussi la série sur les dizaines de milliers d'Ilan Halimi érythréens torturés en ligne (et non ! les abominations perpétrées par le Gang des Barbares n'ont rien d'un phénomène exceptionnel ou anecdotique, c'est une véritable industrie pour les bédouins du Sinaï) ? Et tant qu'à dénoncer les autorités de nos belles démocraties occidentales, à quand la série dénonçant l'incroyable complicité des services de police de Telford et de Malmö, qui ont préféré passer sous silence et laisser impunis des centaines de viols et jusqu'à des meurtres (pendant 40 ans pour Telford) pour ne surtout pas risquer de passer pour raciste ou islamophobe en stigmatisant de véritables barbares (d'autant qu'on a déjà bien assez des nôtres de barbares, nul besoin d'importer ceux des autres continents). Là il y en aurait des messages à faire passer. Et autrement plus pertinents que la daube remâchée servie par un Collateral.

sbore

Meilleure accroche pour moi depuis bien longtemps: chaque début d'épisode (les premières 2 minutes) sait vraiment comment attraper le spectateur en créant le parfait malaise... Société consumériste égocentrique et du coup toujours en décalage avec la réalité (comme chaque musique en intro aux paroles pourtant moins pop qu'elles n'y paraissent) versus un monde dont la violence est "gratuite" mais se paie au prix fort, de manière collatérale. Une série britannique qui, même si elle tombe parfois dans le pathos clinique, nous emmène exactement sur des terrains politiques, économiques, de société un brin miné. Le choix reste courageux, le casting excellent, la mise en scène savoureuse; heureuse de retrouver John Simm dans une enquête qui n'est pas sans rappeller Sex Traffic (2004). À voir histoire de se rappeler (pouvons-nous réellement oublier?...) que nous (ne) vivons (pas) dans le "meilleur des mondes".

larryssa

Regardé quasi d'une seule traite. Facile à suivre certes, mais tout de même un angle d'attaque un peu différente que l'habituel 'flic-mafieux' ou encore le traditionnelle 'politique pourrie'.

niettingewikkeld

J'ai testé le 1er épisode, mais le thème et surtout la manière dont il est abordé (migrants, LGBT, etc...) me ne me tente pas. C'est pas trop ma came. Dommage car j'aime bien Carey Mulligan et Billie Piper. Bon visionnage pour tous les autres quand même. ^^

Doudy

Le 9 mars sur Netflix.

Maretoh

Videos

Trailer
(Season 1)
6 February 2018

Photos (4)