×
Chargement en cours

The Hobbit: An Unexpected Journey

Le Hobbit : Un voyage inattendu
49K membres

La plus grande aventure vient de commencer.

Dans un voyage inattendu, Bilbon Sacquet cherche à reprendre le Royaume perdu des Nains d'Erebor, conquis par le redoutable dragon Smaug. Alors qu'il croise par hasard la route du magicien Gandalf le Gris, Bilbon rejoint une bande de 13 nains dont le chef n'est autre que le légendaire guerrier Thorin Écu-de-Chêne. Leur périple les conduit au cœur du Pays Sauvage, où ils devront affronter des Gobelins, des Orques, des Ouargues meurtriers, des Araignées géantes, des Métamorphes et des Sorciers... Bien qu'ils se destinent à mettre le cap sur l'Est et les terres désertiques du Mont Solitaire, ils doivent d'abord échapper aux tunnels des Gobelins, où Bilbon rencontre la créature qui changera à jamais le cours de sa vie : Gollum.

Voir la bande-annonce

Commentaires (16)

Lors de la sortie du Seigneur des Anneaux, Peter Jackson avait encore tout à prouver. Dix ans plus tard il est devenu l'un des cinéastes les plus appréciés au monde pour avoir donner autant de rêve à une génération de cinéphiles devenus adultes aujourd'hui, pour avoir témoigné d'une générosité sans limites au fil de sa filmographie sans jamais avoir délaissé l'humanité de ses œuvres ou tout simplement pour la sympathie instinctive que dégage ce réalisateur. Parfaitement conscient qu'il aurait du mal à réaliser The Hobbit sans souffrir de la comparaison avec sa trilogie initiale sur l’œuvre de Tolkien, Peter Jackson refusa pendant longtemps de prendre en charge le projet préférant placer sa confiance en Guillermo Del Toro. Toutefois suite au désistement à contre cœur de ce dernier et à l’enlisement de la production, ce n'est que la confirmation de Jackson en tant que réalisateur qui permit à l'adaptation du Hobbit de prendre un envol devenu presque inespéré. Quitte à créer un paradoxe étrange avec sa réticence initiale, Peter Jackson annonça presque au dernier moment que le Hobbit ferait l'objet d'une trilogie, une gourmandise assez disproportionnée qui trouve déjà écho dans ce premier volet. Mais avant d'aborder ce dernier point, il est important de comprendre que le Hobbit répond assez vite à la préoccupation première des fans : Peter Jackson allait t-il réussir à se renouveler après la trilogie du Seigneur des Anneaux ? Du point de vue de la forme, la réponse est non et était honnêtement prévisible. Le refus du cinéaste de prendre en charge l'adaptation de Bilbo était en effet assez explicite sur sa crainte de ne pas pouvoir offrir de l'innovation au spectateur. Maintenant capitaine sur le navire, Jackson choisit au contraire d'assumer jusqu'au bout sa proximité avec le Seigneur des Anneaux : même direction artistique, même acteurs et même style de mise en scène allant parfois jusqu'à reprendre les plans les plus célèbres de l'ancienne trilogie. La répétition de la réalisation n'est malheureusement pas équilibrée avec l'usage de la 3D qui reste assez secondaire voir grossière. La composition musicale d'Howard Shore renforce également cette impression de déjà vu en recyclant énormément de thèmes déjà exploités dans les films précédents mais se rattrape avec un thème principal qui restera longtemps dans les mémoires. La scène d'introduction dépeignant une conversation entre Bilbo âgé et Frodon semble même n'exister que pour mettre en avant cette proximité assumée avec le Seigneur des Anneaux. L'impact est ainsi à double tranchant, le film dégage une familiarité presque touchante et nostalgique en replongeant le spectateur dans un terrain connu mais dans le même temps, difficile de ne pas penser à ce qu'aurait pu donner l'univers de Tolkien avec la sensibilité nouvelle de Guillermo Del Toro. Si cette continuité visuelle avec le Seigneur des Anneaux est à l'origine des multiples critiques actuelles envers le film, il est étrange de voir que la dimension comique du film est également souvent reprochée alors qu'il s'agit d'un élément salvateur pour le Hobbit. Fidèle à l'esprit de l’œuvre de Tolkien qui s'adressait à un plus jeune public que le Seigneur des Anneaux, le film se révèle ainsi beaucoup plus léger, décomplexé et humoristique que l'ancienne trilogie. Ce changement d'atmosphère, beaucoup moins grave qu'autrefois, permet ainsi d'insuffler au film une véritable personnalité qui lui faisait défaut sur le plan visuel, la réussite de l'ambiance devant énormément au travail des comédiens menés par un Ian Mckellen décidément formidable et un Martin Freeman qui, quitte à faire dans le cliché, était vraiment fait pour ce rôle. Ce constat sur le manque d'originalité visuelle du film découle bien logiquement sur sa principale lacune : sa surenchère. Il est courant de donner davantage au spectateur quand tu n'as rien d'original à montrer et si Jackson a souvent été à la limite de l’excès dans ses films, la frontière a peut être été franchie dans The Hobbit. Bien sûr, il est amusant de voir un déluge de créatures et de décors plus improbables les uns que les autres, d'autant que l'héroic fantasy est souvent assimilé à une surenchère d'éléments épiques. Toutefois, le Hobbit tombe dans le piège que le Seigneur des Anneaux parvenait à éviter : utiliser les effets spéciaux numériques quand il n'y en avait pas besoin. Pourquoi donc avoir abandonné les incroyables maquillages qui avaient donnés vie aux créatures ténébreuses de la Terre du Milieu durant l'ancienne trilogie ? Tout cela au profit d'une invasion de créatures numériques forcément moins crédibles. Un peu à l'image de King Kong qui souffrait de la même inégalité visuelle, les effets spéciaux de The Hobbit alternent en plus le grandiose comme le médiocre, témoignant une fois de plus de l'inquiétant aveuglement des réalisateurs Hollywoodiens sur les promesses des mondes numériques, ne réalisant pas à quel point ces techniques vieillissent à une vitesse alarmante et maintenant démocratisées à un tel point qu'elles en sont de plus en plus difficilement convaincantes. On se consolera néanmoins avec un Gollum plus expressif et humain que jamais au cœur de la scène la plus réussie du film. Cette surenchère visuelle se reporte également sur la narration où abandonnant le regard individuel de Bilbo adopté dans le livre de Tolkien, le film multiplie les points de vue à travers des rajouts parfois enthousiasmants ou complètement inutiles pour d'autres, la scène du Conseil Blanc constituant à ce titre un moment franchement laborieux. De nombreuses lacunes donc, qui seront difficiles à pardonner aux yeux de beaucoup. Toutefois malgré ses défaillances, The Hobbit parvient pourtant à renouer avec la véritable réussite du Seigneur des Anneaux en son temps. Malgré les innombrables excès dans lesquels il s'est plongé, Peter Jackson demeure pourtant fidèle à ses principes et ne délaisse jamais ni ses personnages ni l'émotion de son histoire. La folie visuelle du film est à nouveau entrecoupée de scènes beaucoup plus posées et intimistes conférant au récit une lenteur qui aurait effrayée maints réalisateurs. Ceux qui s'étaient ennuyés devant le Seigneur des Anneaux s'ennuieront ainsi à nouveau devant The Hobbit, mais cette lenteur est néanmoins nécessaire, comme c'était le cas à l'époque, pour conférer à cette quête épique une humanité dont beaucoup de productions Hollywoodiennes n'oseraient même pas rêver. Peu importent les trolls, loups et gobelins en images de synthèse, au bout du compte ce sont les personnages humains qui restent en mémoire. Si vous avez ressenti de l'attachement pour ce minuscule héros plongé dans une quête qui le dépasse, de la compassion pour ces nains qui voulaient retrouver leur foyer et de la sympathie pour ce magicien grognon et imprévisible, alors c'est que The Hobbit aura réussi son véritable objectif. Dans le cas contraire, nul doute que vous ne manquerez pas de raisons de détester ce film. Pourtant peu de blockbusters peuvent se vanter de posséder une âme véritable parvenant à engendrer une telle immersion. En réalité c'est bien depuis le Seigneur des Anneaux qu'un film n'avait pas véhiculé un tel émerveillement qu'il en était difficile de fermer l’œil après avoir été plongé non pas seulement dans un monde fantastique mais au côté de personnages si humains et attachants. Il est parfois bon de mettre son cynisme de côté quand une belle aventure, certes imparfaite mais sincère et attachante, se déroule sous vos yeux. C'est indéniablement le cas de The Hobbit et toutes les critiques du monde ne devraient dissuader personne de lui laisser sa chance. Pour ma part, je n'ai pas envie d'être cynique aujourd'hui, Peter Jackson m'a à nouveau fait rêver bien plus que dans tous les blockbusters de ces dernières années, et je n'avais pas ressenti une telle hâte de connaître la suite d'un film depuis...le Seigneur des Anneaux. Et fort heureusement l'aventure ne fait que commencer.

JulienLamy

Très bonne trilogie, dans la ligné du Seigneur des Anneaux.

remimf

putain il est où ce lien pour voir les films ou séries ici ????????????????? CA COMMENCE A ME GONFLER CETTE HISTOIRE!

realjigsaw

Un excellent film, la meilleure 3D que j'ai vu et les 48 images par seconde sont bien plus qu'un atout, c'est juste magnifique ! J'attends avec impatience d'autres films dans ce format; pas de flou, une netteté jamais vu au cinéma (pour ma part), des travellings ultra immersifs etc etc ! Beaucoup de critiques contre les 48 ips qui rappellent étonnement les critiques de l'arrivée du son et même de la couleur au cinéma à l'époque... Sinon pour l'histoire, c'est une très bonne adaptation avec des ajouts comme Azog et le prologue très bien mis en scène. Je lis beaucoup dans les critiques qu'il y a beaucoup de références au Seigneur des Anneaux, mais c'est justement dans le S.d.A. qu'il y a des références au Hobbit, d'ailleurs si vous regardez La Communauté de L'anneau après Le Hobbit vous comprendrez (Peter Jackson a bien assuré sur ce coup là). Les acteurs sont bons, Martin Freeman est excellent et revoir Andy Serkis en Gollum fait super plaisir. La musique de Howard Shore est bonne avec des thèmes connus du Seigneur des Anneaux et le nouveau thème des nains qui est mémorable. Les effets spéciaux sont superbes et sublimés par les 48 ips, la capture de mouvement est de plus en plus impressionnante. Dommage cependant qu'il n'y ai plus de maquillages en latex pour les orcs, ça apportait plus de réalisme que du CGI. On ressent que Peter Jackson a hésité entre rester fidèle au roman avec de l'humour et des situations cocasses, et rendre l'histoire plus sérieuse avec notamment la traque d'Azog et le conseil blanc. Rien ne m'a gêné personnellement, j'ai passé un très bon moment, 2h45 m'ont paru 1h30.

Thibzz180

Autant c'est un copier / coller du SDA , 1er du nom, au niveau du squelette, autant ici , on peut pas trop lui reprocher d'oublier des détails. Une saga de trois films de 3h pour un bouquin de 300 pages. On sent l'expérience de Jackson sur la réalisation, et curieusement, j'ai trouvé que comparé à SDA, les films ne s'amélioraient pas dans le temps en qualité, mais qu'au contraire, ce 1er épisode est le meilleur des trois. Tout l'inverse du SDA donc ... Bref, cela reste tout de même un bon film de fantasie, mais qui mérite d'être vu après avoir vu la saga SDA, juste pour les références.

Ophius

Je viens de me reregarder ça, en version longue, et je suis terriblement conquise une nouvelle fois e. J'adore et j'en redemande tellement ! La bande son, les décors, et l'aventure qui me donne l'impression d'avoir 10 tellement je regarde l'écran avec des yeux émerveillés...

Slytheerin

Le meilleur de la trilogie, car j'ai retrouvé cette magie qu'avait le seigneur des anneaux à l'époque!!!! Et puis Peter Jackson nous a quand même régalé avec cette ambiance bon enfant de La Comté, avec la poursuite de l'orque blanc dans un ton plus sombre!!! Ce contraste m'a plu! Très bon film et bien réalisé! Je dirai pas de même des deux autres!!! 5 étoiles!

kaz30

Voilà un premier opus dès plus agréable. L'action commence vraiment dès le début et on n'a pas le temps de s'ennuyer. Le film se regarde d'une traite. L'action principale concerne Thorin Écu-de-Chêne qui veut récupérer le territoire qui lui ai du et pour cela, il doit avec ses douze compagnons nains, le hobbit et Gandalf le Gris traversé des contrées les plus étranges le unes des autres. Bien évidement, l'équipe devra faire face à des ennemis des plus étranges. Je vous avouerai que je ne m'attendais pas à vraiment a aimé ce film. "Le seigneur des anneaux" a été pour moi, au début, une vraie torture. Mais au fil des ans, je ne regrette en aucun de l'avoir vu et que je le re-regarderai avec des yeux nouveaux prochainement. Alors quand j'ai entendu parler de la saga "Le hobbit", je me suis dit : encore un truc bizarre où je ne vais encore rien comprendre. Et à dire vraie, j'ai adoré cette univers. Beaucoup plus même que "Le seigneur des anneaux". Les péripéties de cet opus mène exactement dans l'univers d'avant "Le seigneur des anneaux" et je suis bien déçu qu'il ne soit pas sorti avant. Bref, je m'égare dans mes propos, les péripéties sont tellement intense avec à chaque scène des méchants différents à battre. On comprend rapidement qu'on va croisé la route de certains méchants plusieurs fois. En plus des péripéties, le hobbit, Bilbon, est vraiment incroyable dans son rôle. Ce personnage qui vit une vie paisible loin des remue-ménage de d'autres peuples est loin de s'imaginer ce qui l'attend. Son aventure qui commence seulement va montrer de quoi il est fait et de quoi il est capable en dehors de chez lui. Un personnage rempli de désaccord mais qui n'hésite pas, quand il le faut, à sauver des hommes qui ne lui font pas confiance. Pour les treize nains, ces personnages sont rempli d'animosité mais aussi de malice. Seul Thorin ne veut pas vraiment l'aide de Bilbon. Mais au fur et à mesure de leur avancé sur les Terres, certains nains vont voir en Bilbon une personne très sage et avisé mais Thorin campera toujours sur sa position. Ces nains sont vraiment incroyable dans leur façon de vivre et de voir le monde. Ils se méfient vraiment de tout ce qui les rend humains mais aussi perfide. Gandalf le Gris est un personnage à part entière et qui mérite vraiment son statut de magicien. Il est l'élément clé entre le hobbit et les nains. Grâce à lui et à son rôle, la quête dans laquelle se lance les nains sera commencé par lui qui détient certains secrets. Concernant les acteurs, j'ai adoré retrouvé de nombreux acteurs comme Martin Freeman, Ian McKellen, Aiden Turner entre autres. Ils jouent à la perfection leurs rôles et grâce aux effets spéciaux, je ni ai vu que du feu. "Le hobbit : le voyage inattendu" est un premier opus plein de promesse. Un film qui allie à la perfection plusieurs genres avec un univers parfaitement maîtrisé.

lespassionsdeMeline

Alors si on a pas vu Le Seigneur Des anneaux (comme moi) ON NE COMPREND PAS GRAND CHOSE ! mais à voir pour les somptueux décors, les trolls et Gollum.

louvehook

un peu lent à démarrer... et c'est pas étonnant quand on voit qu'il veut faire tenir l'équivalent d'un seul livre sur 3 films. Mais ça nous donne plus de temps pour admirer l'univers de Tolkien qui est très bien retranscrit. Bref, joli à voir et à suivre.

Skipwoof

Alors un peu dessus car trop de similitude avec Le seigneur des anneaux (Je m'explique, la façon de filmé, le rythme et le même que la communauté de l'anneaux je m'attendais a plus de différence ....) Dommage mais sa reste un bon film

Mrx32

J'ai adoré! Les images sont belles et ont rentre bien dans l'action. Ma scène préféré est celle avec Gollum! On comprends bien l'histoire, que vous n'ayez pas vu Seigneur des anneaux 1, 2 et 3 n'est pa grave. Je vous le conseille vraiment, moi, jai été le voir trois fois au cinéma. J'ai hate que le deuxieme sorte en salle!

Dazzler3

Un film vraiment cool, même si je trouve que la deuxième partie du film et surtout la pour lancé le spectateur dans l'action, et pouvoir faire les 2 prochains dans le calme et être sur d'avoir sont publique. Oui la je fais referance au livre parce que, oui je les lu après avoir vue le film,( oui je suis un kikoo )y aurais bien pu le bouclé en 2 film, MAIS, ce que je dit pas sa négativement, surtout que ces un bon film.Bon coter visuel, magnifique tout simplement ! La fin du film par contre.....un peut brusque !

pirodark

Je suis assez mitigée concernant le film. Je suis sortie de la salle de cinéma et j'ai dit : « Il est bien, j'ai passé un bon moment ». A ce moment-là, j'ai omis le « mais » parce que je souhaitais rester sur une note positive, néanmoins, il y a un bien un « mais ». Mais par moment, j'ai trouvé le temps un peu long. Je n'ai pas (encore) lu le livre donc je me fie à ce que d'autres ont dit : il y a des scènes rajoutées qui auraient très bien pu disparaître sans que cela ne gâche le plaisir du film. Donc il est vrai que je ne suis pas réellement à même de juger parce que je ne connais pas la véritable histoire, cependant, je maintiens mon « J'ai fini par trouver le temps long à certains moments ». Ça s'étire pas mal en longueur, ce qui fait que j'appréhende encore plus les deux autres opus. Je me demande réellement comment les films vont réussir à tenir la route sans noyer l'action et les évènements sous des amas de détails plus ou moins inintéressants, qui ralentissent toute l'histoire. Un livre de 320 pages et quelques, adapté en trois films, c'est peut-être trop. De plus, j'avoue avoir été perturbée devant certains effets spéciaux kitch, voir « too much ». L'univers de Tolkien est tout en imaginaire et en grandeur des paysages, des batailles, des combats mais dans le film, ça faisait effet "carte postale", juste, trop. Trop de couleurs, trop d'un peu de tout au final. Je ne nie pas que les décors sont sublimes, voir à couper le souffle, c'est juste que ça m'a fait tiquer de voir des effets spéciaux qui passent totalement inaperçus d'habitude (et pourtant, je ne fais jamais attention à ce genre de détails, à moins qu'ils ne soient gros comme une maison). Ce qui a peut-être également freiné ma frénésie fut la version française. Le nom des personnages et des lieux sont assez horribles en français et je trouve que tout est complètement dénaturé après ça. Cependant, je n'ai pas non plus envie de démonter tout le film parce qu'il y a de très bons éléments dedans et que j'ai quand même beaucoup apprécié de retrouver la Terre du Milieu, ses paysages et ses personnages. La Nouvelle-Zélande est le cadre parfait pour nous filmer ses plans de paysage absolument magnifiques. Et puis, on a vraiment l'impression de retrouver un vieil endroit beaucoup aimé par le passé. Ça rend un peu nostalgique et rêveur lorsqu'on sait qu'il va s'y passer de nouvelles aventures toutes plus incroyables les unes que les autres. J'ai eu la sensation de ne jamais vraiment être partie, d'avoir laissé une petite partie de moi dans cet endroit. J'étais un peu sceptique quand à l'idée d'avoir Martin Freeman en Bilbo mais il s'en sort plutôt bien. M. Freeman a des tics gestuels assez reconnaissables, ce qui d'abord m'avait parue étrange car ce sont des gestes que j'avais associés à son personnage dans la série Sherlock mais au final, ça s'adapte plutôt bien à son personnage. Vaillant, brave, volontaire, un peu inconscient mais courageux. J'ai également bien ri devant certaines de ses décisions et de ses mimiques. Mon énorme coup de coeur est pour Richard Armitage qui absolument parfait dans le rôle de Thorin. J'aime énormément cet acteur et j'espère que ce rôle sera pour lui la consécration parce qu'il est tout bonnement parfait (et aussi parce qu'il le mérite grandement). Je le découvre dans ce genre de rôle et j'ai adoré ce que j'ai vu. Le rôle de leader, guerrier, borné, têtu, valeureux, je suis totalement conquise ! Et sa voix quand il chante ! Les nains, tous ensemble, forment quand même une sacrée bande de joyeux lurons. Je n'ai pas pu m'empêcher de sourire lorsqu'ils investissent la maison de Bilbo et y organisent un grand festin avec tout ce qui traîne, prenant leurs aises. Donc pour résumer tout ça, globalement Le Hobbit est un bon film. On y retrouve quelques clins d'oeil au Seigneur des Anneaux et c'est plus qu'appréciable. Le film, c'est tout un tas d'aventures, retrouver certains acteurs et la Terre du Milieu et découvrir des personnages hauts en couleur. Toutefois, certains passages peuvent paraître longuets et ne semblent pas apporter grand chose à l'histoire en elle-même et certains effets spéciaux font hausser les sourcils.

Aunbrey

Films similaires (10)

The Lord of the Rings: The Fellowship of the Ring
The Lord of the Rings: The Fellowship of the…
The Lord of the Rings: The Two Towers
The Lord of the Rings: The Two Towers
The Lord of the Rings: The Return of the King
The Lord of the Rings: The Return of the King
The Hobbit: The Desolation of Smaug
The Hobbit: The Desolation of Smaug
The Hobbit: The Battle of the Five Armies
The Hobbit: The Battle of the Five Armies
Mortal Engines
Mortal Engines
Warcraft
Warcraft
Noah
Noah
Robin Hood
Robin Hood
The Hobbit
The Hobbit