The Wire - Sujet Général

[ Pages : 1 2 3 4 5 6 ]

← Page précédente | Page suivante →

"The Wire" le chef d'oeuvre de HBO....



The wire est sans aucun doute pour moi la meilleur série que j'aie vue.
Je crains aussi qu'elle ne reste au sommet de mon palmarès de longues années encore.

Il m'est arrivé plusieurs fois de déclarer que la série que je venais de terminer était la meilleure que j'aie eu l'occasion de voir.
Il y a eu Oz, les Sopranos, Lost et plusieurs autre encore.
A chaque fois je m'étais trompé.

Mais maintenant j'ai bien peur qu'avec The Wire mon intuition se révèle vraie.
Je me retrouve un peu comme l'enfant trop gâté qui ne trouve plus jamais rien de ce qu'on lui offre vraiment à son gout.

Je ne veux vraiment pas faire le blasé et je reconnais que certaines séries comme Misfits par exemple que je regarde actuellement sont excellentissimes.

Je regarde bien entendu encore aussi avec plaisir d'autre séries plus "légères" mais je crois que The Wire m'a rendu plus exigeant tout simplement.

Je vais me lancer dans Treme qui, il parait, semble être d'un niveau avoisinant.


Ne sachant par ou commencer je vous redirige vers un des nombreux articles qui ont été publiés sur la série.
C'est un article de Manuel Alvarez
http://manuel-alvarez.suite101.fr/the-wire-la-serie-ultime-a3409#ixzz1hO9uDXHC

Je vous encourage également de jeter un oeil sur les commentaires laissés par les spectateurs sur Betaseries.
J'espère que cela vous donnera l'envie de vous plonger dans l'univers de "The Wire"
Série à visionner en VO absolument.

Dernière édition le 29 April 2015 à 17:05

Membre depuis le 7 December 2011 — 6 messages

Treme est du même niveau et en plus c'est plein d'acteurs de The Wire dedans.

Pour ma part j'ai commencé la série récemment, j'en suis à la fin de la saison 3 et je suis obligé de me contrôler pour ne pas me faire les 20 épisodes restants en une journée... La série est d'une qualité incroyable, tant au niveau du scénario et de la profondeur des personnages, du jeu des acteurs, de la critique sociale ou du divertissement. Seule Doctor Who réussit à me faire passer le temps aussi vite. Les épisodes durent une heure mais ne semblent que quelques minutes. C'est vraiment ce point qui en fait "la meilleure série". Rare sont les séries pertinentes et divertissantes, généralement elles sont soit l'un, soit l'autre.

Je veux être un ninja et sauter d'arbre en arbre ! Comme à la télé. Comme X-PORC, le goret d'l'espace !
Membre depuis le 30 December 2010 — 1554 messages

Syndrome au niveau de l'exigeance en matière de séries partagé :)
(quoi que The Wire partage la place de numéro 1 avec les Sopranos)

C'est l'histoire d'un chat qui s'en va. Mais on ne sait pas whiskas.
Membre depuis le 10 September 2011 — 4174 messages

@Ck : tu me diras ce que tu penses de la saison 4, une fois que tu auras fini ton marathon. Sans vraiment d'originalité, je pense que c'est la meilleure des 5.

C'est l'histoire d'un chat qui s'en va. Mais on ne sait pas whiskas.
Membre depuis le 10 September 2011 — 4174 messages

@GrotesqueAnimal

Tout a fait d'accord sur la saison 4

Membre depuis le 7 December 2011 — 6 messages

La 4 c'est quand ils mettent en place le Little Amsterdam ? (ça commence à dater et j'ai tout regardé d'un coup, vous m'excuserez...)

"Le morceau suivant est un de ceux que je ne peux pas me résigner à abréger. Il est bon d’ailleurs que le lecteur puisse de temps en temps goûter par lui-même la manière pénétrante et féminine de l’auteur." POUET
Membre depuis le 13 October 2011 — 600 messages

Non c'est la saison 3. La 4 suit les aventures des écoliers, et la montée en puissance de Marlo (et son contrôle final sur la ville).

C'est l'histoire d'un chat qui s'en va. Mais on ne sait pas whiskas.
Membre depuis le 10 September 2011 — 4174 messages

Je suis persuadé que The Wire fait parti de ces œuvres dont on parlera encore dans 50 ans, 1 siècle. Quand la série télévisée sera reconnu comme un art à part entière et plus comme un sous genre, on parlera de David Simon comme d'un Lars von Trier ou d'un Shakespeare de son époque. J’essaie de peser mes mots pourtant.

Sinon j'aimerai vous faire partager l'avis d'un pote sur The Wire. Je lui ai filé la saison 1 attendant qu'il viennent quémander la saison 2. Deux semaines plus tard je lui demande ce qu'il en pense. Il m'a répondu :

"Ta série c'est un Derrick américain, il ne se passe rien!"

Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde.

The American Dream is all the negroes swimming back to Africa with a Jew under each arm.
Membre depuis le 13 September 2008 — 222 messages

Change d'amis.

Juste par curiosité : il regarde quoi d'ordinaire ? Ou c'est quoi ses séries préférées ?

Hormis ça, tu aurais pu peut-être encore un peu plus pesé tes mots, mais je te rejoins sur la pérennité de la série. Quand on l'utilise automatiquement comme base de comparaison ultime pour tout ce qui est drama, c'est qu'un truc s'est passé chez ceux qui l'ont visionné.

C'est l'histoire d'un chat qui s'en va. Mais on ne sait pas whiskas.
Membre depuis le 10 September 2011 — 4174 messages

GrotesqueAnimal a écrit :
Juste par curiosité : il regarde quoi d'ordinaire ? Ou c'est quoi ses séries préférées ?

Il a adoré Deadwood, Six Feet Under et GOT. C'est pas qu'il a des gouts de merde (ce qui est relatif) au contraire. Je pense qu'il n'a soit pas compris l'idée ou peut être il n'a pas adhéré au réalisme et à l’ultra anti-manichéisme des personnages. Faut dire aussi que The Wire niveau rythme du scenario, ça peut être déroutant pour certain.

Je trouve ça bien d'avoir des amis qui ne partagent pas les mêmes gouts et idées, sinon on se ferait vite chier. Mais bon faut pas abuser, si je le vois avec un coffret de Plus belle la vie, on se bat direct.

"La liberté d'expression se termine la ou Plus belle la vie commence."

The American Dream is all the negroes swimming back to Africa with a Jew under each arm.
Membre depuis le 13 September 2008 — 222 messages

RaC a écrit :
"La liberté d'expression se termine la ou Plus belle la vie commence."

Haha! Ce qui est bien, c'est que tu peux mettre Glee, The Vampire Diaries ou One Tree Hill dans cette phrase, et ça marche aussi.

Oui, non, on va dire que 'faute avouée, à moitié pardonnée'. Faut lui conseiller d'insister. C'est sûr que ça doit être une des séries les plus lentes de l'histoire de la création (et encore... j'aime pas cette notion de 'lenteur'... On reproche à Mad Men sa 'lenteur' et son 'absence' de scénario, mais là je me refais la saison 4 et c'est du génie à l'état brut), mais je pense qu'on s'y fait, une fois bien attaché aux personnages.

J'ai mis trois ans pour lire Voyage au bout de la nuit, il peut bien en mettre six pour regarder The Wire.

Dernière édition le 27 December 2011 à 00:54

C'est l'histoire d'un chat qui s'en va. Mais on ne sait pas whiskas.
Membre depuis le 10 September 2011 — 4174 messages

Je pense qu'il y a lent et lent. Mad Men et The Wire sont deux séries lentes mais pas à un même niveau.

Dans The Wire il y a peu d'ellipse, la vision "jour après jour" et le "all the pieces matters" en font une série lente mais la multiplicité des scènes (je suis prêt à parier qu'on compte deux à trois fois plus de scènes dans The Wire que dans Mad Men) et l'alternance entre les scènes importantes et les détails en font une série passionnante. Personnellement je n'ai jamais vu passer le temps aussi vite (si ce n'est devant Doctor Who).

Au contraire Mad Men compte beaucoup moins de scènes par épisodes et souffre d'une absence totale de scénario ce qui tend à la rendre chiante.

The Wire est temporellement lente mais compense par la richesse de son scénario : on suit non pas une mais plusieurs histoires reliées entre elle qui font que l'on n'a pas le temps de reposer et que l'on ne doit rien manquer tant tout va vite. Il m'arrive d'ailleurs de revisionner des scènes sur le coup si j'ai mal entendu/compris qqch par peur d'être perdu par la suite. En comparaison je regarde Boardwalk Empire et Mad Men le matin en lisant les nouveautés de mon RSS et je ne me rappelle pas avoir loupé quoique ce soit...

Au passage GrotesqueAnimal je serais curieux de savoir ce que tu trouves à Mad Men, cette série n'arrivant absolument pas à m'intéresser (je n'ai vu que la saison 1).

Je veux être un ninja et sauter d'arbre en arbre ! Comme à la télé. Comme X-PORC, le goret d'l'espace !
Membre depuis le 30 December 2010 — 1554 messages

Alors d'abord, il m'est d'avis que fixer son jugement sur la saison 1 de Mad Men est quelque chose d'un peu 'biaisé', dans la mesure où moi-même je reconnaîtrais que Mad Men décolle vraiment avec ses saisons 3 et 4 (comme d'ailleurs The Wire selon mon humble opinion). D'ailleurs, tout ceux qui ont commencé Mad Men 'sur mes conseils' me demandaient s'il allait se passer quelque chose rapidement (et je leur répondais la même sentence implacable : "Patience.")

Ensuite, je rejoins quasiment tout ce que tu dis sur The Wire (à part le fait que je suis plutôt sceptique concernant l'argument de compter les scènes, les épisodes de The Wire étant d'une part beaucoup plus longs, et la série étant d'autre part bien moins contemplative que Mad Men. Ce n'est pas le nombre de scènes et la fréquence de distinction entre "scène importante/scène anecdotique" qui fait l'intérêt et la qualité du scénario : cf. Breaking Bad).

Je rappelle d'abord que The Wire est ma série préférée, devant Mad Men, donc je vais tenter de la défendre objectivement, les critiques se portant plus facilement, j'ai l'impression, sur New-York que sur Baltimore. Je trouve que dans Mad Men, le côté 'histoire dans l'Histoire', en plus de nous offrir un cliché des années 50-60 (pour l'instant) à la fois précis et circonstancié mais aussi suffisamment large pour ne pas ralentir le scénario, permet une analyse psychologique des personnages beaucoup plus poussée que dans The Wire.

Exemple : à part Stringer Bell, Omar et peut-être dans un sens Marlo, l'évolution psychologique du cast de The Wire ne m'a pas marqué plus que ça (McNulty, Bunk, Freamon, Snoop, Chris, Bodie sont tous et en tout point géniaux, mais au final, ils ont la même facette du début à la fin, il me semble).

Le réalisme de The Wire est impressionnant et encore inégalé (on est tous d'accord), avec tous ces spectres d'analyse tous subtilement décrits et merveilleusement dépeints, et regorge d'autres qualités qui pourraient me faire parler des heures durant. MAIS ce manque d'approfondissement des personnages en lieu et place du développement de l'histoire (ou des histoires, toutes longues et complexes) ne m'a pas plus dérangé que ça, le charisme de toutes ces figures emblématiques de la ville étant assez débordant pour pallier ce manque. Au final, la série doit se passer sur à peine 4-5 ans je pense, peut-être un tout petit peu plus. C'est sans doute trop peu pour faire évoluer les personnages et c'est rétrospectivement un choix assumé je suppose (d'où leur espérance de vie à l'écran assez courte au final (qu'ils meurent ou qu'ils sortent parfois de pans entiers de saison) pour éviter la redondance, notamment du côté des personnages les plus intéressants pour ma part, que sont caïds/dealers etc.). C'est un anti-manichéisme sublime mais avec des marges d'évolution volontairement réduites sur cinq saisons.

(C'est au final très rare les séries qui allient psychologie des personnages et excellent scénario. Maintenant que j'en parle, je dirais que seuls Breaking Bad et The Sopranos ont réussi ce coup-là, sur plusieurs saisons)

Revenons à l'analyse.
Depuis le début de Mad Men, le cast n'a pas du tout bougé, ou très peu. Certes, il n'y a pas de grande histoire qui relie tous les personnages, à part la survie d'une agence, la recherche de nouveaux clients ou un divorce ou le combat d'une femme dans un milieu d'hommes. Je comprends aisément qu'on puisse ressentir une lassitude ou une absence de scénario. Mais les Draper, Olson, Campbell etc. sont passés par 100 000 états d'âme, introspections, doutes, peurs etc. C'est vraiment ça qui m'impressionne, en plus de la finesse d'écriture des personnages, du jeu d'acteurs et de la réflexion plus large sur la place des femmes, leur émancipation, la société de consommation etc.

Je ne peux donc que t'encourager à insister. Comme je l'ai dit, je me revois la saison 4 actuellement (qui est pourtant la saison compulsivement centrée sur Don Draper - d'ailleurs la première phrase du premier épisode => 'Who is Don Draper ?' "T'inquiète Coco, on va y répondre en 13 épisodes" :D) et je suis à nouveau subjugué, pour ne pas dire sur le cul. J'espère que tu iras au moins jusqu'à épisode 7 de la saison 4, que tu ne te seras pas arrêté avant cela. Si après cet épisode, tu n'es pas convaincu, je pense qu'en effet, il ne faudra pas continuer.

Au plaisir de lire ta réaction :)

C'est l'histoire d'un chat qui s'en va. Mais on ne sait pas whiskas.
Membre depuis le 10 September 2011 — 4174 messages

(Merde c'est long en fait :(...)

C'est l'histoire d'un chat qui s'en va. Mais on ne sait pas whiskas.
Membre depuis le 10 September 2011 — 4174 messages

Le nombre de scène permet à The Wire permet de nous scotcher à l'écran. Pour moi une série est avant tout un divertissement. C'est quelque chose que je regarde le midi quand je suis seul et le soir quand je n'ai rien de mieux à faire. Un divertissement doit accélérer le temps et nous le faire oublier, dans The Wire ça se fait très bien puisque l'épisode se fini quand je me crois encore dans les dix premières minutes. Aussi je ne vois pas l'intérêt de regarder une série nous faisant "patienter" pour nous révéler le trait de caractère d'un personnage par épisode. Je m'ennuie plus devant Mad Men que si je restais assis dans mon lit en attendant que le sommeil arrive. Quel intérêt alors ?

Je veux être un ninja et sauter d'arbre en arbre ! Comme à la télé. Comme X-PORC, le goret d'l'espace !
Membre depuis le 30 December 2010 — 1554 messages

[ Pages : 1 2 3 4 5 6 ]

← Page précédente | Page suivante →