• Network Channel 4
  • Genre Drama
  • Runtime 90 minutes
  • Total runtime 6 hours
  • Status Ended

The Promise

245 members1 season4 episodes

The Promise is a drama series which following the lives of an 18-year-old Londoner as she visits present-day Israel and her grandfather, a soldier in the British peace-keeping force during 1940s Palestine.

Options

Season

Episodes

Comments

Virulent réquisitoire anti-israélien rempli de clichés et qui ne défend qu'un point de vue. Cette œuvre plutôt bien réalisée et interprétée aurait sans doute gagné à multiplier les points de vue et à montrer un peu plus d'impartialité, ses partis pris idéologiques et sa présentation caricaturale du conflit nuisant à son propos même. Des exemples de caricatures (voire de contrevérités) ? - l'unique famille israélienne qui nous est présentée est, comme il se doit, riche (villa luxueuse avec piscine au bord de la mer) - ce sont les enfants juifs des territoires occupées qui jettent des pierres sur les enfants arabes - ce sont les juifs qui veulent "jeter les arabes à la mer" (sic!) - l'unique mouvement juif luttant pour l'indépendance est l'Irgoun (le plus extrémiste, le plus violent et surtout le plus minoritaire) et la Haganah, beaucoup plus importante, n'existe pas (si on faisait pareil côté palestinien, ce serait comme si l'OLP n'existait pas et que seul le Hamas représentait la résistance palestinienne) - les soldats israéliens d'aujourd'hui utilisant une petite fille palestinienne comme bouclier humain dans Gaza (ce qui est effectivement arrivé une fois, a immédiatement été dénoncé par une ONG israélienne puis condamné par l'armée et la justice israélienne) alors qu'il s'agit là d'une pratique courante du Hamas, dûment référencée dans leurs manuels tactiques de guérilla urbaine, ce qui est totalement passé sous silence. - pour résumer le conflit de 1948 on ne nous présente que le massacre de Deir Yassine (malheureusement bien réel et condamné par les autorités juives de l'époque) mais complètement sorti de son contexte de guerre civile déclenchée par les arabes palestiniens pour rejeter les juifs à la mer (donc l'exact contraire de ce qui est indiqué par Korminsky où se sont les juifs qui déclenchent les hostilités pour vider le futur Israël de sa population arabe) - tout au long des 6h et plus de film, il n'y a pas l'ombre d'une action hostile des arabes envers les juifs au moment de l'indépendance et pour la période actuelle une seule bombinette posée par une kamikaze palestinienne qui nous parait plutôt sympathique tant les israéliens d'hier comme d'aujourd'hui sont odieux. Bref, on prend le pire des exactions israéliennes (condamnées par eux-même comme Deir Yassine ou la fillette palestinienne de Gaza), on présente ces évènements dramatiques et plutôt exceptionnels comme courants, et l'on passe totalement sous silence les exactions de l'autre camps. Si j'étais juif, je crois bien que je hurlerais aussi à l'antisémitisme. Mais Peter Kosminsky qui reconnait tout de même "Je n’ai pas essayé de donner une leçon d’histoire, j’ai essayé de réussir une fiction prenante" justifie ainsi son parti pris: "J’ai interviewé quatre-vingt-deux survivants du déploiement britannique en Palestine et leur conclusion était absolument claire et sans équivoque : ils étaient arrivés très pro-juifs et sont partis très pro-arabes. On peut se demander pour quelles raisons et on peut même en discuter, mais c’était très clair dans leurs propos. Je devais le montrer sinon cela aurait été mentir". Et cette déclaration du réalisateur nous éclaire sur un autre point, car outre qu'il se montre violemment anti-israélien, son point de vue est également très pro-britannique, et avec exactement le même niveau d'honnêteté intellectuelle. C'est ainsi que les multiples trahisons de l'ancienne puissance mandataire sont totalement occultées : - trahison envers les juifs auxquels elle avait promis (par la déclaration Balfour) la création d'un foyer national en Palestine (qui comprenait à l'époque l'actuel Israël, les territoires occupées et aussi l'actuelle Jordanie) - trahison envers les alliés arabes de la 1ère guerre mondiale auxquels elle avait promis l'indépendance - trahison enfin envers la SDN puisque l'objet même du mandat qu'elle a confié aux britanniques était la mise en œuvre de la déclaration Balfour. Totalement occulté aussi le double jeu (de dupe) des anglais qui ont tout fait pour exacerber les tensions entre juifs et arabes en Palestine aux seules fins de se maintenir sur place (au prétexte "d'apaiser les tensions" et de maintenir l'ordre pour éviter un bain de sang - Machiavel n'était-il pas plutôt anglais ?). Et la seule critique que Kosminsky adresse aux autorités britanniques, ce n'est pas du tout d'avoir foutu une merde noire dans la région, c'est uniquement d'avoir vidé les lieux en abandonnant les angéliques arabes palestiniens à la vindicte juive. On ne trouvera absolument rien non plus sur les responsabilités des autres pays arabes de la région qui, d'accord avec les arabes palestiniens, ont immédiatement rejeté la solution de la partition en 2 états et ont tout fait pour perpétuer le conflit en maintenant plusieurs générations de réfugiés palestiniens dans les camps et en leur interdisant toute naturalisation (exemple à méditer en ces temps de déferlante migratoire). Présenter le conflit israélo-palestinien exclusivement sur le registre de l'émotion (avec la mort d'enfants par exemple, et exclusivement arabes comme il se doit), avec aussi peu de références historiques et absolument aucune référence géopolitique est une pure escroquerie intellectuelle, ce qui est bien le propre d'une œuvre de propagande. Nota: je note quand même 2 étoiles parce que comme dit au tout début c'est plutôt bien réalisé et interprété. J'aurais noté beaucoup plus si le contenu était un peu moins partisan.

sbore

Photos (4)

Similar shows

The Honourable Woman
The Honourable Woman