• Director Rupert Wyatt
  • Runtime 2 hours
  • Genres Thriller, Action, Drama, Science-Fiction
  • Language English

Rise of the Planet of the Apes

24K members

Evolution Becomes Revolution.

Scientist Will Rodman is determined to find a cure for Alzheimer's, the disease which has slowly consumed his father. Will feels certain he is close to a breakthrough and tests his latest serum on apes, noticing dramatic increases in intelligence and brain activity in the primate subjects – especially Caesar, his pet chimpanzee.

Options
Watch trailer

Comments (10)

Le début traine en longueur mais la révolte des singes dépote.

sbore

Pas mal ! Je n'étais pas tellement attirée par l'univers au départ et finalement, j'ai réussi à me laisser embarquer. J'ai passé un bon moment et ça reste l'essentiel. J'ai beaucoup apprécié le duo César / James Franco ! Je dois avouer que les singes me font un peu flipper maintenant lol.

Lutinette

Énorme! L'un des personnages de synthèse les plus crédibles de tous les temps, merci à Andy Serkis qui s'investit dans le rôle à 200% !

Timmybadger

J'ai vraiment accrochée à l'histoire du film, qui au départ ne me tentait absolument pas, je ne regrette pas de l'avoir regardé au contraire je pense même regardé les touts premier.

estelle068

Pour être tout à fait franc, j'ai apprécié le film dans sa globalité, mais je reste quelque peu déçu. On se prend facilement à l'histoire, les acteurs sont très bons, les effets ultra-réalistes, mais la réalisation classique reste cependant efficace mais pas si ingénieuse. Malgré cela – et peut-être que j'intellectualise trop – j'ai eu du mal à trouver une profondeur et un propos clairement identifié. J'entends par-là que la thématique de la condition animale peut être un moyen de sensibiliser le spectateur et l'amener à prendre conscience de certaines réalités, mais je n'ai pas retrouver la dimension didactique et dramatique que j'attendais. J'ai tiré de ce film deux réflexions principales que je vais essayer de résumé succinctement. L’animal, entre préoccupation et reconnaissance. Le film est essentiellement centré autour de la question animale – je ne vous apprends rien. Il est surtout question de la condition des primates, mais finalement, on retrouve cette thématique appliquée à l'ensemble des espèces animales. Effectivement, on peut prendre le parti de la défense des animaux, avec en principale préoccupation le fait qu'ils sont constamment utilisés par la science pour les diverses expériences que l'on n'ose pas faire directement sur l'homme, question d'éthique. Mais les avancées en matière de droit animal vont peut-être permettre d'aller vers un affranchissement de ces pratiques qui peuvent être remises en cause bien que souvent nécessaires pour les progrès médicaux. En effet, le 28 janvier 2015, le Parlement français a officiellement reconnu les animaux comme des « êtres vivants doués de sensibilité ». Ce combat mené en faveur de la reconnaissance du monde zoologique se construit à un moment où les causes de la protection environnementale et la préservation des espèces en voie de disparition, ainsi que celles du végétarisme font front commun pour lutter contre les inepties d'un homme qui a oublié qu'il est aussi un animal et qu'il a tendance à se croire hautement supérieur. « Les bêtes n'ont pas seulement moins de raison que les hommes, elles n'en ont point du tout » - Descartes, affirmait que l'animal n'est rien d'autre qu'une machine perfectionnée. En ce sens, il suppose la distinction fondamentale entre un humain doué d'une raison et caractérisé par une âme alors que l'animal en est absolument dénué. En dépit de ses affirmations, la science contemporaine prouve que l'animal est loin d'être un simple appareil organique qui répondrait exclusivement à ses besoins et à des stimuli de manière mécanique. Aujourd'hui, on tend, lentement mais sûrement, vers une « reconnaissance de ce qu'est un individu animal : une subjectivité et une sensibilité ». Cette défense a été consolidée par les apports du philosophe Peter Singer en 1975 qui fit avancer le raisonnement en faveur du droit des animaux. Cette infériorité animale, issue du darwinisme qui voyait en l'homme l'espèce la plus aboutie et la plus perfectionnée, peut cependant s'affranchir par quelques données statistiques assez efficaces : l'homme et le chimpanzé partagent 98 % commun de leur matériel génétique. Aussi, le film questionne donc ce rapport de l'espèce humaine et du singe. L'homme ne serait-il qu'un animal doué de parole et d'une intelligence supposée supérieure ? Un humanocentrisme de circonstances. J'entends par ''humanocentrisme'' la capacité qu'a l'Homme à se croire absolument supérieur et être suprême, n'hésitant pas à régner en maître sur le monde, et sur les différentes espèces vivantes. Toutes les pensées préoccupantes qui justifient la cohue des messages écologistes, préservationnistes et militantistes, sont issues de cette idée que l'homme en tant qu'entité raisonnée use le potentiel terrestre. Ses ressources primaires, la multiplicité de ses espèces, jusqu'à l'eau et l'air, contaminés par le mal humain qui prend plaisir, au nom du capitalisme et de l'individualisme à ravager la Terre-mère pour son profit. Non-content de la destruction des forêts, de l'extermination des baleines et de l'anéantissement de la couche d'ozone, l'homme se prend à jouer à dieu par le biais des OGM. Sans vouloir rentrer précisément dans un débat qui a déjà fait grand bruit, je ne fais qu'évoquer le sujet des Organismes Génétiquement Modifiés. Le film est effectivement un appel à la réflexion concernant les OGM, et les risques qu'ils impliquent. À trop vouloir toucher à la nature – au sens de la vie – malgré de bonnes intentions initiales qui sont souvent liées à la réduction de maladies génétiques ou à une meilleure connaissance du génome humain, l'homme n'est plus très loin de créer des monstres. C'est le propos de La Planète des Singes. Monstres parce que l'on crée ex-nihilo, parce que l'on se complaît aux mutations génétiques artificielles, et que l'on en perd le contrôle. Ces avancées scientifiques de pointe m'amènent également à penser à des conséquences irréversibles à l'échelle de l'homme. Car non seulement l'homme se prend pour un dieu dans son environnement en faisant preuve de suprématie sur le règne vivant dans sa globalité, mais il arrive à un tel niveau de connaissances, qui allié à une solide maîtrise des savoirs-faire technologiques, lui font perdre la raison. C'est la problématique de l'homme augmenté. Car si je n'ai rien contre le fait de fabriquer des prothèses ultra-sophistiquées pour parvenir à apporter confort et normalité à des handicaps, je soulève la discussion sur les limites de ces pratiques transhumanistes. À ce sujet, on évoque bien volontiers le passage de « l'homme réparé » à « l'homme augmenté ». L'article de Sciences et Avenir concluait ainsi son article sur l'enjeu : « Ce rêve ultime du transhumanisme prévoit de transférer notre esprit depuis le cerveau vers une machine. Une vie éternelle enfin débarrassée de ce véhicule encombrant et vieillissant, le corps ». Cela rentre en parfait adéquation avec le soucis de savoir où fixer la limite entre la prouesse médicale, et la folie propre à la science-fiction qui voyait la naissance de cyborgs et de la vie éternelle comme une utopie néfaste. Car en permettant la régénérescence continuelle des cellules cérébrales par exemple, on empêcherait finalement la mort. Mais cela ne surviendrait-il pas au détriment de la vie ? Aussi, je souhaite faire des liens connexes avec d'autres pistes de réflexion que je tenterais d'amener par la suite. Les musées d'anthropologie qui rendent compte de la mise en contexte de l'homme dans son environnement, en somme l'homme face à son passé et face au règne animal. À ce titre, le Musée de l'Homme de Paris et le Musée des Confluences de Lyon. Enfin, cela m'a rappelé une ancienne lecture qui montre la mince distinction entre homme et animal à travers une pièce de théâtre absolument délurée qui se pose en réflexion sur le statut de l'homme, à savoir Zoo ou l'Assassin Philanthrope de Vercors

george2n4

il est terrible. j'aimais pas la planète des singes, mais alors la, ça donne envie de le voir et j'ai bien fait. la maltraitance que subit César est horrible, même moi, j'aurais zigouiller les abrutis.

brocoliouchoux

c'etait un super film j'ai adoré Cesar dans ces débuts, triste pour lui lors qu'il l'ont "abandoné" et des sévices qu"il a pu subir Maais dire qu'à la fin il devient leader et il qu'après il affronté les hommes

CookiiieLyon

Moyen, et il y a beaucoup de What the fuck ? moments et d'hypocrisie (20 policiers et 1 hélico pour enrayer une attaque de centaines de singes ? euh...)

Valou62fr

Bonne idée et bien joué

Mrx32

Similar movies (40)

Night at the Museum
Night at the Museum
Jumanji
Jumanji
The Lost World: Jurassic Park
The Lost World: Jurassic Park
Jurassic Park
Jurassic Park
Indiana Jones and the Kingdom of the Crystal Skull
Indiana Jones and the Kingdom of the Crystal…
Astérix aux Jeux Olympiques
Astérix aux Jeux Olympiques
Jurassic World: Fallen Kingdom
Jurassic World: Fallen Kingdom
Raiders of the Lost Ark
Raiders of the Lost Ark
The Mummy
The Mummy
Lara Croft: Tomb Raider
Lara Croft: Tomb Raider
Prince of Persia: The Sands of Time
Prince of Persia: The Sands of Time
King Kong
King Kong
The Mummy Returns
The Mummy Returns
Jurassic Park III
Jurassic Park III
National Treasure
National Treasure
National Treasure: Book of Secrets
National Treasure: Book of Secrets
Dawn of the Planet of the Apes
Dawn of the Planet of the Apes
Lara Croft: Tomb Raider - The Cradle of Life
Lara Croft: Tomb Raider - The Cradle of Life
Planet of the Apes
Planet of the Apes
Dinosaur
Dinosaur
The Jungle Book
The Jungle Book
Planet of the Apes
Planet of the Apes
Rampage
Rampage
War for the Planet of the Apes
War for the Planet of the Apes
The Mummy
The Mummy
Kong: Skull Island
Kong: Skull Island
Jumanji: The Next Level
Jumanji: The Next Level
Power Rangers
Power Rangers
Godzilla: King of the Monsters
Godzilla: King of the Monsters
Beneath the Planet of the Apes
Beneath the Planet of the Apes
Battle for the Planet of the Apes
Battle for the Planet of the Apes
Conquest of the Planet of the Apes
Conquest of the Planet of the Apes
Escape from the Planet of the Apes
Escape from the Planet of the Apes
King Kong
King Kong
Born in China
Born in China
ゴジラ
ゴジラ
Journey to the Center of the Earth
Journey to the Center of the Earth
キングコング対ゴジラ
キングコング対ゴジラ
The Son of Kong
The Son of Kong
미스터 고
미스터 고